Union Industrielle et Maritime

 remonter

M/S "JACQUES d'ANGLEJAN"

Salle des machines Jacques d'Anglejan

Le "Jacques d'Anglejan U.N.1.", comme les derniers navires de la Société a fait confiance aux moteurs DOXFORD construits par les CHANTIERS ET ATELIERS DE PROVENCE, mais munis des récents perfectionnements apportés à ces moteurs à la suite des expériences de ces dernières années.

La propulsion est assurée par un moteur DOXFORD-PROVENCE 70 LBD 4, deux temps simple effet, à pistons opposés de quatre cylindres, construit en 1959 et suralimenté par deux turbo-soufflantes B. BOWERI.

La puissance maximum normale de ce moteur est de 7.000 CV à 118 t/mn, son utilisation en service, pour donner une vitesse de 14,5 nœuds en charge, sera d'environ 5.800 CV à 108 tours.

Le balayage du moteur est assuré par les turbo-soufflantes et, comme il est devenu classique sur ces moteurs, les pompes de balayage ont été supprimées.

Il a été installé une soufflante de secours entraînée par un moteur électrique pour permettre la marche à faible allure ou en cas de panne d'une des turbosoufflantes principales.

 

anglejan_mac_4.jpg anglejan_mac_1.jpg
Parquet supérieur, les "bretelles" Parquet supérieur, au fond le bouilleur
   
anglejan_mac_3.jpg anglejan_mac_2.jpg
Parquet injecteurs Parquet inférieur

Jacques d'Anglejan début 1965,

Sur la deuxième photo on aperçoit le bouilleur situé juste sous la cabine du bosco, çà c'est une autre histoire!!!

Le "d'Anglejan" était faible en production d'eau douce (le bouilleur s'entartrait vite, il fallait parfois y travailler la nuit pendant le quart de 11 à 3, d'ou les problèmes avec le bosco) et en air comprimé (on terminait souvent les manoeuvres bouteilles d'air vides..)

Sur le "d'Anglejan" je me souviens qu'à la machine, pour je ne sais qu'elle raison, on avait droit à une ration de lait en boite; peu de gens la prenait et encore moins en buvait!!! Quand j'étais élève le graisseur avec qui j'étais (un gars de Plouguerneau) la prenait lui.

Nous passions alors une partie du quart de nuit (quant c'était calme) à décoller les étiquettes des boites puis à les vider en perçant deux trous diamétralement opposés. Après un soigneux rinçage les boites étaient remplies de toutes sortes de liqueurs, les trous étant bouchés à l'étain, puis les étiquettes recollées avec soin.

A l'escale de Brest toute la ration de lait a été débarquée, imaginez la tête du douanier quand il a vu cela!! envoyer du lait à Plouguerneau!!!

Autre histoire de lait toujours sur le même navire :

A Rotterdam nous avions démonté les barres horizontales de protections des bretelles, elles étaient posées sur le parquet. En cours de déchargement nous avons pris de la gîte sur tribord et les barres ont roulé, l'une d'elles est tombée sur la tête du graisseur extérieur (Lenoir je crois) l'envoyant droit à l'hôpital. A notre retour de Newport News au voyage suivant il est revenu à bord à Calais, frais et rose, et très content de retrouver le bord. Et pour cause, après une semaine d'hosto il avait passé le reste du temps en "convalescence" dans un foyer où on ne buvait que de l'eau ou du lait!!! Il avait préféré le lait, au bout de trois semaines à ce régime il était revenu avec un teint de jeune fille!!! et une grosse soif, inutile de vous dire qu'il a bien apprécié sa première Oranjeboom (encore elle!).

Photos Coll. J. Gautier

 

© UIM.marine - Site mis à jour le 03/06/2012   retour index  plan du site  plan archives

Si vous possédez des informations, des documents ou photographies inédites concernant un navire ou un dossier

et que vous acceptiez  de les partager en les publiant sur ce site, merci de prendre contact. uim.marine(at)free.fr

Venez partager vos connaissances sur cette compagnie ou vos souvenirs de navigants sur le forum UIM.