Union Française Maritime - remorquage

remonter

 

 Capitaine Louis Malbert

 

Louis Malbert à gauche de la photo,

sur une drague à La Pallice

Louis Malbert, photo Morillon, La Rochelle

 

C'est avec le commandement du remorqueur d'assistance "Iroise", que devait s'illustrer Louis MALBERT (.plus de cent navires assistés en dix ans.!). Au large des côtes finistériennes, le commandant MALBERT et son équipage ont consacré leurs vies à sauver les marins en perdition.

 

C'est à Saint-Quay Portrieux qu'est né Louis Malbert, le 18 juillet 1881. Fils d'un entrepreneur en bâtiment, il deviendra le précurseur du sauvetage en haute mer.

Formé à la rude école des voiliers long-courriers cap horniers, Louis MALBERT commanda successivement les grands voiliers trois-mâts " Edmond - Rostand ", "Pierre-Antonine", "La Rochefoucauld" et le quatre-mâts "Champigny".

Après la première guerre mondiale qu'il accomplit comme lieutenant de vaisseau de réserve, il entre à l' U.F.M. en 1924 et se voit confier par Henri CANGARDEL le commandement du remorqueur "Iroise", le plus puissant de la société.

Sous son commandement le remorqueur "Iroise", construit en 1911 pour la Marine russe et devenu français en 1924, a sauvé, souvent dans des conditions dramatiques, 38 navires et des centaines de marins jusqu'à son désarmement en 1933.

 

C'est à la barre de cette unité qu'il va s'illustrer dans des opérations de sauvetage mémorables, réussies grâce à un sang-froid, une audace, un ascendant sur les hommes, une expérience, un sens marin, un mépris du danger qui frise la témérité, toutes qualités qui contribuent à faire de Louis Malbert le capitaine sauveteur le plus complet qu'on puisse concevoir.

Sur les quelque 141 sorties effectuées du 1er octobre 1924 à 1933, par les remorqueurs d'assistance de l' U.F.M. dont 72 ont été suivies de succès, 120 sorties et 63 succès sont imputables au centre de Brest et 1' "Iroise") à lui seul s'inscrit pour 81 sorties et 38 navires sauvés.

La Société Centrale de Sauvetage des Naufragés, en 1929, et le ministre de la Marine en 1930 ont décerné à Malbert la Médaille d'or du sauvetage. Auparavant, en 1928, il avait été fait chevalier de la Légion d'honneur. S'il est une croix qui fut méritée et conquise au péril de sa vie, c'est bien celle-ci, et, fait probablement unique dans les annales de la Marine marchande, tous les membres de l'équipage de l' "Iroise", sans exception, ont été décorés de la Médaille de sauvetage.

Après 25 années passées dans notre maison, Louis MALBERT mourut le 28 février 1949. M. H. CANGARDEL tint à l'accompagner à sa dernière demeure à Saint-Quay-Portrieux. Il fit alors une double promesse : une médaille rappellerait les traits de Louis MALBERT, un vapeur de l' U.l.M. porterait son nom.

Le 21 août 1950, M. H. CANGARDEL inaugurait à Saint-Quay-Portrieux les bas-reliefs en bronze dûs au sculpteur breton Armel BEAUFILS et qui représentent l' "Iroise'' et Louis MALBERT. Un grand nombre de parents et d'amis de MALBERT assistaient à la cérémonie ainsi que de nombreuses autorités de la région.

M. Roger VERCEL, après l'inauguration du monument, retraça avec talent l'épopée du Capitaine de l' "Iroise" qui a inspiré son livre REMORQUES.

 

Henri CANGARDEL dans la très éloquente et touchante allocution qu'il prononcera, lors des obsèques de son ancien et vaillant collaborateur, raconte qu'au moment de sa mort Malbert demanda à son vieil ami, le capitaine Droguet, de lui chanter quelques chansons de bord qu'il affectionnait, et qu'après les avoir entendues, Malbert ferma les yeux en murmurant avant de s'éteindre "En avant, toute" !

En hommage à la mémoire de ce valeureux marin, Henri CANGARDEL devait donner en 1950 le nom de " CAPITAINE LOUIS MALBERT " à un cargo charbonnier de 5.600 tonnes battant pavillon de l' U.l.M. Pendant 14 ans cette unité a fait honneur à son armateur. jusqu'à cette nuit fatale du 30 décembre 1963 au cours de laquelle elle était abordée, au large des côtes de Suède, dans le Kattegat, par le pétrolier danois "Rosborg" et malgré les efforts désespérés de son capitaine, le " CAPITAINE LOUIS MALBERT ", sombrait, entraînant dans sa perte le commandant Joseph Huet lui-même, le chef mécanicien Raphaël Rochard, et 7 hommes d'équipage.

 

Sur un rocher au-dessus de son pays natal, face à la mer, un monument, élevé par les soins de l' U.l.M., rappelle à la fois le souvenir de l'intrépide marin et le nom, qui fût prestigieux, de son navire.

Révision 2012-08-16

 

© U.I.M.marine - Site mis à jour le 17/07/2012   retour index 

Si vous possédez des informations ou des cartes postales ou photographies inédites concernant ce navire ou ce dossier

et que vous acceptiez  de les partager en les publiant sur ce site, merci de prendre contact.

Venez partager vos connaissances sur cette compagnie ou vos souvenirs de navigants sur le forum U.I.M.